« opus »

La série Opus s’inscrit dans la continuité des recherches plastiques de Julia Huteau. Le propos est la forme, la couleur mais aussi la mise en forme. Elles sont mises en parallèle avec une réflexion sur les rapports d’échelle et d’équilibre. Ce ne sont plus, comme dans ses recherches passées, des allers retours entre le dessin et le volume mais une convergence entre dessin préparatoire, maquette brute et forme finale.

Opus fait référence, entre autre, à l’architecture. L’artiste s’est posé des questions allant dans ce sens pour ces dernières recherches. Les questions d’agrandissement ramènent le spectateur directement au processus créatif : une maquette, très petite et façonnée de manière empirique est agrandit à différentes tailles. La question de la fidélité au modèle se pose continuellement, aussi au travers des proportions. Notre propre perception de ce qui est élégant petit peut être pataud à notre taille, il faut ainsi tricher pour affirmer un propos, (Pierre Chigneux, architecte et écrivain). Le passage à de plus grands volumes nécessite un investissement du corps. Il y a alors un rythme et un tempo qui se met en place, presque musical.

Le spectateur ne s’y trompera pas : ces formes sont des couleurs. Amenées par l’émail, les couleurs sont ici des matières. La transformation, sujet passionnant qui anime l’artiste depuis ses premières recherches artistiques, se retrouve aussi au travers de ces recherches de couleurs. Pour ne pas tomber dans l’exubérance, la brillance et l’intensité d’un jaune peuvent être adoucies en passant à un plus grand volume. C’est alors l’équilibre qui comptera.

Nous pouvons encore deviner dans les différentes matières que propose Julia Huteau un savoir faire ancestral. Elle assemble des émaux utilisés depuis plusieurs siècles à d’autres plus contemporains. Cette histoire et cette science sont subtilement mêlées aux  nouvelles technologies. Certains volumes ont d’abord été dessinés en réalité virtuelle, outil numérique permettant une grande liberté formelle, libérée du corps et de toute contrainte technique.

 Avec la série Opus j’ai décidé d’explorer la spontanéité. A aucun moment je n’ai cherché à ce que l’on reconnaisse mon identité artistique. Il y a ici toute la liberté nécessaire pour pouvoir proposer une œuvre d’une nouvelle dimension.

Mais c’est aussi une continuité. La transformation, l’expansion, la circulation et le flux animent ces volumes et les ramène directement aux anciens travaux de l’artiste (De l’espace entre les couleurs et Expansion). Son ambition est là encore d’imaginer des formes en dehors de toute référence.